L’écume des jours, Michel Gondry

2 mai 2013
critique cinema ecume des jours michel gondry

Le dernier film de Michel Gondry en salles

Colin a un meilleur ami, Chick, psychorigide fanatique de Jean Sol Partre et vit avec Nicolas, mi-ami, mi-serviteur cuisto. Lorsque Chick annonce à Colin qu’il a rencontré la charmante Alise, ce dernier décrète qu’il a, lui aussi, le droit à l’amour. C’est annoncé, il veut tomber amoureux ! Nicolas lui présente des amis et parmi ceux ci, se dévoile la belle Chloé…

Colin et Chloé (Chloé et Colinnnnn…) vivent tout de suite une idylle passionnée. Ils se marièrent …et lorsque la nuit de noces arrive, c’est un nénuphar qui pousse insidieusement dans le poumon de Chloé. Leur aventure se teinte alors d’amertume…

On savait Michel Gondry grand inventeur de « trucs », à la manière d’un Méliès, cherchant toujours plus à explorer les méandres de l’esprit, en les rendant visibles avec des effets spéciaux les plus mécaniques possibles… Avouons qu’avec L’Ecume des Jours, cette quête est plus qu’aboutie allant même jusqu’à envahir l’écran, laissant parfois trop peu de place à la construction des personnages, aux dialogues et déroulé de l’histoire. Le film est alors comme une forêt touffue de stratagèmes, gags visuels et tours de magie, empêchant inlassablement le scénario d’éclore. A tel point qu’on est souvent frustré de pas voir vivre les personnages, de ne pas mieux les connaître. Comme si le réalisateur, emporté par l’univers fantasque de Boris Vian, s’était trop attelé à transcrire de manière méthodique et névrosée les mots d’esprit et trouvailles du roman, sans s’attacher plus que cela à ses personnages. Michel Gondry aurait-il dû faire plus de choix, sélectionner ses meilleurs effets, laisser de côté certains autres? Oui sûrement… tout comme le casting, surchargé de têtes ultra connues, pas toujours à l’aise avec l’univers surréaliste et farfelu de Boris Vian, doublé des avalanches d’idées poétiques de Gondry. Gad Elmaleh peine ainsi considérablement à donner toute la matière que requiert son personnage névrosé.

Mais n’oublions pas que c’est aussi ce qui nous fait jubiler à chaque plan. Ce qui nous interpelle à chaque surprise, chaque invention. Le « truc » visuel. Certes, il faut se pousser à s’attacher aux personnages en début de film, mais une fois le train de l’histoire pris en route, les effets se font plus digestes, allant même jusqu’à sublimer et renforcer au plus haut point la lente descente aux enfers des personnages, entraînés par le nénuphar malsain de Chloé…

Chez Gondry, l’invention souligne, déplace l’histoire, fait sourire, arrache une larme et tord le ventre. Certains lui reprocheront qu’elle prend trop de place, et à vrai dire, ils n’auront pas tellement tort. Mais l’imaginaire a ici la douce folie de ses images et je choisirais de retenir ces instants, véritables tours de magie, merveilles visuelles, pour oublier les lacunes d’une histoire et les personnages souvent trop oubliés…

Ecume des jours de Michel Gondry critique cinema

Faisons donc le tour de l’Ecume des jours, à travers 5 inventions, de Vian à Gondry !

– Le Biglemoi – Pour danser le Biglemoi, mettre le morceau « Chloé » de Duke Ellington puis se laisser aller sur le rythme indolent des notes jazzy. Les jambes deviennent alors marshmallows, se distendent et deviennent immenses, presque incontrôlables, effectuant la chorégraphie heureuse de cette danse… C’est ainsi que Colin se rapproche de Chloé, dans une scène hors du temps, rappelant les mouvements de personnages de dessins animés, incontrôlés, et inhumains. Juste dans la tête quoi. Encore une fois.

Ecume 2

– Le nuage – Invention poétique pour signifier le début et l’envolée de la romance entre Chloé et Colin. Simple attraction à pièces au début, le nuage se détache vite de sa grue pour apparaître ensuite comme le moyen génial de traverser diverses émotions en peu de temps pour nos deux héros, et brûler ainsi les (longues) étapes narrées dans l’évolution d’une rencontre amoureuse. La meilleure métaphore aussi peut-être pour nous signifier que les amoureux partagent la même légèreté et le même idéal…

Ecume 8

– Jules Gouffé dans ton frigo – Peut-être une des meilleures inventions selon moi ! Plutôt hilarant, Alain Chabat en chef cuisinier, planqué dans le frigo ou dans le four, apparaissant dès qu’une porte de placard s’ouvre, dispense à tort et à travers ses conseils de cuisine à Nicolas. Un tandem de choc, une idée de génie. Sans parler du fait que les plats concoctés sont réalisés en tissus. Une finesse et une poésie dans le rendu visuel que j’adore.

Ecume 7

– La limovian – Dessinée et pensée conjointement avec les ingénieurs de Peugeot, cette limousine toute transparente est magnifique. Il semblerait qu’elle soit exposée jusqu’au 16 juin à l’espace Peugeot, sur les Champs Elysées. Elle est l’espace qui laisse transparaître beaucoup des sentiments des personnages. De l’amour et la joie du mariage à la tristesse de l’annonce d’une maladie…

Ecume 4

– Le pianocktail – A chaque note, un ingrédient. A chaque musique, un goût. Il faut veiller à ne pas se tromper..

 

EnregistrerEnregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Romain 2 mai 2013 at 22 h 05 min

    Tout est dit… Ce film est parfait si on en oublie les personnages principaux ! Je donne une chance à Omar Sy et à Romain Duris, les seuls qui ont réussi à m’émouvoir. Sans parler des rôles secondaires géniaux (Alain Chabat, chef cuisinier, un coup dans le frigo, un coup dans le four – Sacha Bourdo, la souris qui veille sur la famille – Vincent Rottiers, en religieux loufoque – Laurent Lafitte en directeur de société dans une scène surréaliste).
    Le reste est simplement magnifique. Chaque plan, chaque seconde est travaillé à la perfection tant à l’image, à la lumière, au montage, au décor ou au son. Ce film est à voir, re-voir, décortiquer, re-décortiquer et enfin l’apprécier à sa juste valeur, dans le moindre détail. Si vous avez aimé Eternal Sunshine of the Spotless Mind, si vous avez aimé la Science des Rêves, si vous aimez la folie de Michel Gondry, appréciez donc son nouveau film. Moi je l’ai adoré !

  • Laissez moi un petit mot !