La couronne verte, Laura Kasischke

2 décembre 2013
La Couronne Verte, Laura Kasischke

Very bad trip.

Anne, Michelle & Terri partent au Mexique pour leurs vacances de Printemps, prétexte festif et initiatique avant l’entrée à l’université. Alors que Terri ne jure que par les cocktails, la plage et les garçons, Anne & Michelle se laissent entraîner par un étrange inconnu à la découverte des ruines de Chichen Itza… 

Nouvelle chronique sur un roman de Laura Kasischke après Un oiseau blanc dans le blizzard et Esprit d’Hiver. Impossible maintenant de cacher mon admiration pour la plume de cette auteure. Et justement. Des plumes, il y en a dans ce roman, des plumes vertes comme les porte le Quetzalcoatl, cette divinité mi oiseau mi serpent, vénérée par les mayas. Le vert hypnotique, les plumes. Ce leitmotiv rythme le livre comme Kasischke aime le faire, afin de faire monter l’angoisse, la crainte. On la sait coutumière du fait, elle aime créer des ambiances faites de risques où tout peut basculer à n’importe quel moment. Les vacances de Printemps sont un bon moyen de plonger ses personnages vers des profondeurs incertaines. Car si les conseils parentaux étaient pourtant clairs, face à la réputation sulfureuse de ce voyage quasi initiatique, les précautions réelles et obligatoires, les filles ne les respecteront pas. Et les mises en garde résonneront longtemps dans leurs têtes. Se méfier des inconnus, surveiller son verre, éviter la drogue et les mauvaises influences. Et surtout s’occuper de ses amies. Ne pas les perdre de vue.

« Finalement, aucune d’entre nous ne prit de décision. Nous savions néanmoins que nous irions à Chichén Itza dans la voiture d’un inconnu le lendemain matin. »

Récit anxiogène forcément. Parce que Anne et Michelle vont partir seules de leur côté. Parce qu’elles vont suivre un inconnu. Et aussi surtout, et c’est là que l’on retrouve l’univers si mystérieux de Laura Kasischke, parce que Michelle va se trouver un attachement tout particulier, presque indéfinissable et irraisonné, pour la culture des sacrifices violents faits au dieu Quetzalcoatl, ce qui provoque chez Anne une lente et profonde angoisse. Car Michelle a un passé tumultueux, un père inexistant et pour mille autres raisons insoupçonnées, sa sensibilité se trouve exacerbée à son arrivée sur les fascinantes ruines de Chichen Itza. La montée en puissance et en parallèle, de la fascination pour Michelle & d’une terrible inquiétude pour Anne est le grand talent de ce roman. Le suspense monte vite, la lecture se fait rapidement et l’idée d’envelopper une histoire de base plutôt banale d’une coquille de mythologie, prête à se rompre ou à enfermer est pour le coup, très innovante.

« Si tu te tournes par là, (…) tu peux apercevoir les cenotes. C’est la bouche qui recueille l’eau des cieux et qui donne son nom à Chichén Itza. Ce sont les puits où on emmenait les vierges à sacrifier. Les puits renferment leur cadavre, leurs bijoux et leur dernière chanson. On conduisait cinquante ou soixante jeunes filles en une journée dans une procession qui traversait la jungle. Elles portaient une robe blanche, décorée de fleurs et d’or. On les jetait dans les puits les unes après les autres lors d’une cérémonie qui faisait d’elles les épouses de Quetzocoatl. Elles avaient peut-être choisi leur sort et s’y précipitaient avec joie. Ou peut-être qu’on les droguait pour les forcer à accepter le sacrifice. »

Peut-être moins poétique que ses autres romans, sûrement plus basique aussi dans l’intrigue de base, La Couronne Verte sait néanmoins déployer des rebondissements intéressants. Pour ma part, j’en retiendrais surtout la capacité toujours envoûtante de Laura Kasischke d’immiscer la magie et le mystérieux dans le quotidien et la réalité. Sans faire de ses romans des oeuvres fantastiques (au sens du genre entendons nous). Etrange comme ce livre a continué à me travailler après avoir passé la dernière page. La magie si magnétique du Quetzocoatl recouvre le destin des deux héroïnes. De ses larges plumes vertes.

La Couronne Verte, Laura Kasischke

La Couronne Verte, Laura Kasischke

 

 

Vous souhaitez continuer votre lecture ? Allez lire mon avis sur Un oiseau blanc dans le blizzard, Esprit d’Hiver de Laura Kasischke.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

10 Comments

  • Reply Patricia Deschamps 12 juillet 2014 at 8 h 29 min

    Belle analyse du roman ! Je mets un lien vers votre article sur mon site 🙂

    • Reply Laura 12 juillet 2014 at 9 h 57 min

      Merci Patricia ! En avez vous lu d’autres de Laura Kasischke ?

  • Reply Bloody Anna 2 décembre 2013 at 12 h 42 min

    Visiblement « La Couronne verte » t’a bien plu, de mon côté je m’en vais acheter « Esprit d’hiver », vu tous les commentaires que j’ai pu lire ici et là, ce serait étonnant que je sois déçue 🙂

    • Reply Laura 2 décembre 2013 at 12 h 45 min

      Oui ça m’a bien plu même si ce n’est pas celui que je recommanderais en 1er de l’auteur. Tu me diras ce que tu as pensé d’Esprit d’Hiver 😉

      • Reply Bloody Anna 2 décembre 2013 at 12 h 52 min

        Je le trouve assez différent de ses autres romans en fait. Il n’est pas vraiment représentatif de son style, selon moi en tout cas. Donc c’est vrai que ce n’est pas forcément celui à conseiller pour un premier Kasischke mais il reste pas mal 🙂

        • Reply Laura 2 décembre 2013 at 15 h 43 min

          Oui tout à fait. Et apparemment tu me disais (dans un autre commentaire) que tu l’avais tout de même préféré à « A moi pour toujours ». Je vais donc peut-être continuer avec Les revenants ou A suspicious River… On verra ce qu’il y aura de dispo dans les rayons !

  • Reply Chroniques_Assidues (@Sev_Chronique) 2 décembre 2013 at 11 h 57 min

    Après avoir lu les Revenants, je viens de terminer Un oiseau blanc dans le blizzard, et j’aime beaucoup l’auteur. Donc je lirai peut-être celui-ci bientôt !

    • Reply Laura 2 décembre 2013 at 12 h 00 min

      Je vais aller zieuter tes chroniques pour lire ton avis sur les revenants !

  • Reply JC 2 décembre 2013 at 11 h 57 min

    je vais l’ajouter à ma liste de lecture… ou de Noël

    • Reply Laura 2 décembre 2013 at 11 h 59 min

      Bon choix !

    Laissez moi un petit mot !